Randonnée à l’abbaye de Saint-Wandrille

2014_06_22_Rando_boucle_Lillebonne (11)
C’est le 28 septembre dernier que nous nous retrouvons 29 participants, bien chaussés, couverts d’une petite laine, sur le parking de la mairie de Saint-Wandrille-Rançon, cette fois pour une randonnée de 9 km (moins difficile !), et qui clôture la saison
estivale du Circolo Italiano.

Après une heure de balade, en forêt du Trait-Maulévrier, nous avons RDV avec un majestueux vieillard de 120 ans (le hêtre de Caudebecquet) et surtout avec M. BERDOU, « Technicien de l’ONF », qui nous présente son métier : l’abattage et le repeuplement de la forêt, la transformation du bois, la disparition des scieries, la clairvoyance de Colbert, la vie et la régulation des chevreuils et sangliers. Notre curiosité n’est pas en reste et à l’unanimité nous remercions notre guide forestier pour son intervention très intéressante avant de repartir sur notre chemin bétonné. Après un passage à travers champs (sous le soleil mes amis !), nous pénétrons à nouveau en forêt, amorçons la descente vers le village niché au cœur de la vallée de Fontenelle, ruisseau qui se jette non loin de là dans la Seine, et, tel un joyau nous écouvrons l’abbaye sous un soleil radieux.

2014_06_22_Rando_boucle_Lillebonne (4)
Après une petite sieste, pour certains, nous rejoignons le Frère MAGNIER à l’Abbaye, Prêtre depuis 40 ans dans cette communauté de moines bénédictins, originaire du pays de Caux (« je suis venu à la fête du village, un lundi de Pâques, attiré par la sonnerie du clocher pour les vêpres ; la curiosité faisant le reste, je ne suis jamais reparti »).

Depuis, plusieurs campagnes de fouilles sont entreprises par intermittence et ce jusqu’à nos jours, pour permettre d’approfondir les connaissances sur l’histoire du monument et sur les modifications apportées au cours des siècles : le premier théâtre de type romain a été assez vite remplacé par une édifice de plus grande taille, de forme « théâtre-amphithéâtre » dont l’orchestra, de taille plus importante que dans un théâtre normal, pouvait également servir d’arène.

2014_06_22_Rando_boucle_Lillebonne (4)
La grille monumentale du XIXe s. étant fermée, nous accédons à l’Abbaye par une petite porte surmontée d’un pélican, symbole du Christ, franchissons l’élégant portail de Jarente (XVIIIe s .) qui laisse voir les pelouses de la cour d’honneur et les bâtiments du XIIe et XVIIe s., entrons dans le cloître (silence !), découvrons les ruines de l’ancienne abbatiale (7 églises furent construites dans cette enceinte) et enfin nous pénétrons dans la nouvelle abbatiale élevée par les religieux qui utilisèrent les pierres et les poutres d’une grange seigneuriale du XIIIe s. démontée dans l’Eure, remplacèrent les pièces en mauvais état, couvrirent de 120 000 tuiles la toiture portée par une superbe charpente (aucun clou : des chevilles de bois unissent poutres et poteaux). Dans cette belle église le premier office a été célébré fin 1969.

Avec bonne humeur et sens de l’humour, usant à plaisir d’expressions cauchoises qui font rire son public, notre hôte nous expose le travail monastique guidé par la règle de St-Benoît et l’enseignement de St-Wandrille.

La communauté essaie de pourvoir à la majeure partie de ses besoins par le travail des frères. L’activité économique repose aussi sur la boutique, l’édition d’ouvrages, livres anciens, enregistrements d’orgue et chants grégoriens, produits monastiques, microcopie, restauration d’œuvres d’art, bois ou cuivre.

A regret nous prenons congé de notre guide et de ce lieu d’une beauté intemporelle, d’une incroyable quiétude puis nous nous séparons, rassasiés, dans l’impatience de nouvelles randonnées …